Les adjoints virtuels


Les adjoints virtuels

Plus que du travail à la maison, voilà qu’est arrivé l’ère des adjoints virtuels. Selon Marc-Olivier Dagenais, engager une adjointe virtuelle, c’est une bonne affaire . Ses meilleures affaires? Ce sont les Philippins. Et aussi les Indiens. Ils ont des diplômes universitaires, et coûtent 2 fois moins cher qu’une adjointe virtuelle du Québec. En fait, les assistants virtuels sont bon marché, et déjà plusieurs entreprises québécoises en profitent.

Mais qu’est-ce qu’un adjoint virtuel? Assistante virtuelle, adjointe virtuelle, secrétaire virtuelle, secrétaire indépendante, assistante en ligne, télésecrétaire, adjointe administrative autonome, secrétaire à distance, toutes ces dénominations viennent de «Virtual Assistant», terme anglais qui est apparu à la fin des années ’90. Au Canada, le Canadian Virtual Assistants Connection (CVAC) a été formé en 2002 et regroupe 676 membres.

Mais qu’est-ce qu’un adjoint virtuel peut bien offrir comme services? Selon Danielle Guérin, qui offre ses services en tant qu’adjointe virtuelle, elle peut faire de la tenue de livre, entretenir le site web, la gestion du courrier, en passant par la création et l’envoi de sondages. Elle a d’ailleurs créé un réseau d’assistants virtuels, le (RPSV) «pour briser l’isolement» dit-elle.

Diane Savoy pour sa part, offre comme services : l’organisation de colloques, la vente de produits, la gestion de sites Web, le marketing, la recherche et la création de bulletins en ligne pour des clients qui se trouvent à des milliers de milles de chez elle.

Mais tout n’est pas rose, car il y a des coûts cachés, dit Liz Wright, directrice de pratique chez Watson Wyatt Canada dans un article du 22 décembre 2009 paru dans les Affaires.com . Des problèmes d’uniformité, de qualité du travail, de complications fiscales et l’impossibilité de travailler en équipe sont des inconvénients d’avoir des adjoints virtuels.

Quoi qu’il en soit, les assistants virtuels sont là pour rester, et malgré les quelques inconvénients que cela comporte, il en reste beaucoup d’avantages et pour l’employeur, et pour le travailleur, mais cela implique aussi des changements importants de dynamiques de travail dans ce domaine et aussi, des pressions au niveau de la rémunération avec la concurrence directe de main-d’œuvre bon marché mais compétente.

Marie-Josée Létourneau, 3 mars 2010

Sources:
Suzanne Dansereau.J’embauche un adjoint virtuel pour réduire ma charge de travail.Les affaires.com. 22-12-2009 [En ligne] Page consultée le 20 février 2010.

Edward Poll.CBA.Org.Confier les tâches administratives à un assistant virtuel. [En ligne] Page consultée le 25 février 2010.

Canadian virtuel Assistant Connection. [En ligne]. Page consultée le 25 février 2010.

Danielle Guérin. Excellence à distance. [En ligne] Page consultée le 25 février 2010.

Suzanne Dansereau.Un réseau québécois d’adjoints virtuels. Les affaires.com. 22-12-2009. [En ligne] Page consultée le 25 février 2010.

Suzanne Dansereau.Les coûts cachés des adjoints virtuels. Les affaires.com. 22-12-2009. [En ligne] Page consultée le 25 février 2010.

7 commentaires

  1. Idrissa Ngom said,

    25 mars, 2010 à 9:51

    Cet article est intéressant !

    Vous avez bien fait de préciser que le recours a des adjoints virtuels implique « des changements importants de dynamique de travail ». On pourrait penser par exemple à l’influence des différences culturelles que doit rencontrer M. Dagenais qui recrute des agents à l’étranger.

    Idrissa Ngom
    Groupe E équipe 33

    • 29 mars, 2010 à 8:43

      Un commentaire tout à fait pertinent. D’autant plus qu’avec le climat actuel d’hostilité envers les accomodements « raisonables », les différences culturelles peuvent parfois causer un malaise avec des adjoints virtuels d’une autre culture.

      merci

      • Marie-Josée said,

        4 avril, 2010 à 5:09

        Merci Patrice pour ton commentaire.
        Marie-Josée

    • Marie-Josée said,

      4 avril, 2010 à 5:25

      Merci Idrissa!

  2. nancy Tremblay said,

    14 avril, 2010 à 8:26

    Je crois effectivement que les adjoint virtuels sont la pour rester un bon moment. Je trouve aussi que cela a de multiples avantages. De plus avec la mondialisation nous devons nous conformé à une certaine forme de liberté dans le mode de fonctionnement des normes de travail.

    • Marie-Josée said,

      15 avril, 2010 à 4:27

      Bonjour Nancy,
      oui, je crois sincèrement que le travail à distance est là pour rester, et je suis sûre qu’il va évoluer dans les prochaines années.
      Imagine ceux et celles qui doivent faire 1heure, 1heure et demi dans le traffic, matin et soir, tout le temps libre de plus que cela leur apporter dans 1 semaine…
      Et par le fait même, toute la pollution émanant de ces voitures qui ne seraient pas sur les routes qui pourrait diminuer significativement… Et probablement qu’il y a d’autres implications qu’on ne voit pas encore! Oui, il va falloir s’y adapter, mais dans ce cas, l’adaptation serait plutôt douce, tu ne crois pas?🙂
      Bye!
      Marie-Josée

  3. Guiziou said,

    4 octobre, 2010 à 2:20

    Avec le développement du numérique et des technologies associées, le travail à distance se développe partout dans le monde. Les adjointes virtuelles (télésecrétaires en France) tirent leur épingle du jeu ; leurs services répondent à des besoins pnctuels ou permanents au sein de petites entreprises, des professions libérales et même des artisans. Je partage votre analyse : l’assistanat virtuel (télésecrétariat) est appelé à se développer.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :