De nouveaux horizons pour le travail à distance


http://www.ctemploymentlawblog.com/mouse.jpg

Il y a de ça quelques années à peine, des entreprises se sont mises à explorer l’aspect recherche et développement (R&D) d’une nouvelle façon. Plusieurs organisations ce sont spécialisées dans les sondages en ligne et purent progressivement offrir des services plus compétitifs. Parmi les études de marché, cette forme de questionnaire est très avantageuse de par son coût minime et de par sa capacité à rejoindre une grande quantité de personnes[1]. C’est la raison pour laquelle un si grand nombre de sondages peuvent maintenant être complétés par chacun et ce, partout dans le monde. De plus, les compagnies offrant des sondages en ligne sont prêtes à payer pour ces informations. Qu’il s’agisse de coupons rabais, de cartes de débit prépayées, de cadeaux, de tirages ou d’argent réel, l’important est de comprendre que les informations recueillies dans ces questionnaires sont très importantes pour chaque entreprise qui en fait l’usage. Voilà pourquoi il m’est apparu intéressant d’inclure ce thème dans le contexte de travail à distance. Bien certainement, il serait impossible de considérer ce genre d’activité comme un travail à temps plein, puisqu’elle offre un revenu encore sous le seuil du salaire minimum.

Une autre tendance des compagnies est bien certainement la « guerre du classement dans les moteurs de recherche ». En d’autres termes, certains facteurs font en sorte qu’un site apparaîtra avant ou après un autre dans un moteur de recherche. Le site apparaissant en premier lieu aura donc beaucoup de chances d’attirer un maximum de personnes, donc un maximum d’acheteurs potentiels. Bien que les facteurs permettant de définir le classement d’une page sur un moteur de recherche soient très nombreux (de l’ordre de plus de 500 millions de variables pour Google[2]), on peut s’attendre à ce qu’un site similaire à un autre, mais dénombrant un plus grand nombre de visiteurs, apparaisse plus haut dans le classement. Ce principe a d’ailleurs entrainé l’apparition d’un nouveau phénomène, appelé le Paid-To-Click (PTC). Le principe initial de ce genre d’organisation est de regrouper à la fois compagnies et acheteurs potentiels, dans le but d’offrir un support marketing aux entreprises. Les clients potentiels sont donc rémunérés (par clic) pour visiter les sites de ces compagnies, ce qui gonfle le taux d’achalandage de ces pages et leur permet un meilleur affichage.

Par contre, ces techniques offrent plusieurs désavantages pour ceux qui s’y consacrent en tant que « travailleurs à distance ». Le principal d’entre eux est sans aucun doute le taux élevé de fraudeurs offrant ces services rémunérés. En effet, des recherches démontrent que dans l’industrie du PTC, de 300 à 500 millions de dollars sont perdus chaque année à cause d’actes frauduleux[3], et cela décourage d’innombrables personnes et freine ce genre d’activité. Ce principe provient principalement du fait que les dirigeants de ces sites peuvent garder l’anonymat, et par le fait même, disparaître quand bon leur semble en empochant l’argent accumulé depuis l’ouverture. Cela entraîne aussi une perte du côté des compagnies ayant payé pour des services auxquels elles ne tireront pas profit. Toutefois, certains groupes ayant confiance en l’avenir des sites rémunérant au clic ont analysé l’ensemble de ces programmes pour fournir une information juste à ceux qui voudraient s’y consacrer. C’est alors qu’est apparu sur la Toile des pages telles que PTC Boycott[4] ou PTC Investigation[5] qui s’efforcent de conscientiser les gens aux dangers de ce genre d’industrie, tout en exposant ceux qui sont dignes de confiance.

Un autre désavantage est, selon plusieurs personnes, le revenu très faible comparativement à l’énergie et au temps requis pour effectuer ce genre de tâche. En effet, remplir des questionnaires en ligne ou être rémunéré pour visiter des sites Internet ne permet que d’arrondir les fins de mois, puisque le salaire est encore trop peu élevé. On peut prendre l’exemple sur un site tel que NPD Online Research, ou Groupe NPD en français, établi depuis 1967[6] (mais n’ayant pas toujours offert des services sur Internet) et offrant principalement des droits de participations pour des tirages allant jusqu’à 5000$, ce qui n’offre pas de salaire fixe ou assez élevé pour pouvoir s’y consacrer à temps plein. Pour ce qui est des sites de PTC, nous pouvons prendre l’exemple de Neobux[7], site qui est bien établi et n’ayant pratiquement jamais reçu de plainte de la part de ses clients[8] et qui offre un rendement de 0,01$ par visite de 30 secondes sur chaque site.

Bref, il est important de constater qu’avec l’avènement d’Internet, le travail à distance a pu être facilité, voire même réinventé. Il est certain que les thèmes abordés tout au long de ce texte n’en sont qu’à leur début et offrent malheureusement leur part d’inconvénients. Cependant, il est impressionnant de voir à quel rythme ces différentes techniques évoluent. Dans les deux cas mentionnés, prenons note que chaque personne peut être considérée comme employée sans jamais devoir faire parvenir de curriculum vitae et de plus, cela permet d’éliminer le temps d’attente pour travailler (par exemple, une personne peut décider de commencer à travailler tout de suite après la lecture de ce texte) ainsi que la limite d’employés que comprend une entreprise, puisque cette dernière n’a pas à gérer son personnel. Ce qu’il reste à voire, c’est la manière dont évoluera ce genre de marché. Et vous, que pensez vous de l’avenir de cette forme de travail à distance?

Simon Tye, 29 mars 2010

Sources:
[1] Site officiel de SurveyBounty, 23 Advantages of Online Surveys. 2010. [En ligne] http://www.surveybounty.com/articles/surveyadvantages.html Site consulté le 22 février 2010.

[2] Google, Information sur la société – Technologie Google, 2010. [En ligne] http://www.google.fr/corporate/tech.html Site consulté le 22 février 2010

[3] Business Week, Click Fraud – The dark side of online advertising. [En ligne] http://www.businessweek.com/magazine/content/06_40/b4003001.htm?chan=rss_topStories_ssi_5 Site consulté le 22 février 2010

[4] Site officiel de PTC Boycott, 2010[En ligne] http://www.ptcboycott.com/ Site consulté le 22 février 2010

[5] Site officiel du blogue PTC Investigation, 2010[En ligne] http://ptc-investgations.blogspot.com/ Site consulté le 22 février 2010

[6] Site officiel du Groupe NPD, 2010[En ligne] http://www.npdor.com/ Site consulté le 22 février 2010

[7] Site officiel de Neobux, 2010. [En ligne] https://www.neobux.com/ Site consulté le 20 février 2010

[8] PTC Intestigation, Neobux. [En ligne] http://ptc-investgations.blogspot.com/2009/04/neobux-scam-or-not.html

4 commentaires

  1. 31 mars, 2010 à 9:51

    Je trouve cette forme de travail pratique, puisqu’ elle est disponible a beaucoup de gens partout sur la planete, si ils ont accès a internet.
    Malgré le salaire peu élevé a nos yeux, ce salaire doit être intéressant pour
    d’ autres gens ayant des difficultés financière particulière, alors je crois que ce type de travail est bien pour les gens ainsi que les compagnies virtuelles.

    • tye1234 said,

      4 avril, 2010 à 11:14

      Merci Mario de votre commentaire pertinent!

      Effectivement, je n’avais pas songé à l’aspect qu’un tel revenu puisse être très avantageux pour une personne ayant accès à Internet et vivant, par exemple, dans un pays sous-développé. Bien que ce travail ne puisse, à lui seul, faire vivre une famille, il est vrai qu’il peut être intéressant pour arrondir les fin de mois.
      Bonne journée,
      Simon Tye

  2. 1 avril, 2010 à 1:07

    Très bon article avec une recherche approfondie. Personnellement, je détesterais ce genre de travail à distance étant quelqu’un de sociable mais il est très intéressant de savoir qu’il existe une évolution de ce côté. Bon travail!

    • tye1234 said,

      4 avril, 2010 à 11:21

      Bonjour Shariff,

      Tout d’abord, merci pour les bons commentaires que vous avez laissé sur notre blog, cela est très apprécié.
      Il est vrai que toute personne ne peut aimer la tâche que requiert cette forme de travail à distance, puisqu’elle se fait dans l’isolement et qu’elle ne procure aucun lien social (ci ce n’est que des forums sur ces sites Internet). Ce point que vous apportez est à mon avis très important puisqu’il serait sans doute bénéfique, pour ces compagnies, d’apporter cet aspect « social » au travail à distance en vue de rejoindre le plus de personnes possible.
      Simon Tye


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :